Haut de page

archives 2012
Première opération d’archéologie préventive à La Réunion
Publié le 26 janvier 2012
Modifié le 26 janvier 2012
Le 23 janvier 2012 a commencé la première opération d’archéologie préventive dans l’histoire de La Réunion, réalisée par l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) sous le contrôle de la direction des affaires culturelles - océan Indien (DAC-OI) et le département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM) du ministère de la culture et de la communication.

C’est dans le cadre du projet de nouvelle route du littoral que la Région Réunion a saisi les services de l’État au titre de l’archéologie préventive. La DAC-OI et le DRASSM ont alors prescrit un diagnostic archéologique, c’est-à-dire une reconnaissance sur le terrain visant à détecter, caractériser et dater les vestiges éventuellement présents, et à déterminer s’il doivent faire l’objet d’autres mesures de sauvegarde, de fouilles ou de conservation.

Une équipe de l’INRAPva ainsi conduire une première campagne sur le domaine terrestre pendant une semaine sur l’aire de repos de La Possession. Ils rechercheront les vestiges laissés par l’homme depuis les premières occupations de ce site. Ces sondages archéologiques nécessitant l’utilisation de moyens mécaniques, l’accès au chantier est interdit au public pour des raisons de sécurité. Ce travail sera complété d’une étude historique puis d’une exploration sous-marine du littoral.

L’INRAP a été créé en 2002 en application de la loi sur l’archéologie préventive. Avec plus de 2000 chantiers par an, l’institut assure la sauvegarde du patrimoine archéologique touché par la majorité des travaux d’aménagement du territoire. Ses missions s’étendent à l’exploitation scientifique des résultats des diagnostics et de fouilles, et à la diffusion de la connaissance archéologique au grand public. Il s’est doté en 2011 d’un service spécialisé dans les activités subaquatiques.

Créé en 1966 par André Malraux, le DRASSM est un service à compétence nationale relevant de la direction générale des patrimoines du ministère de la culture et de la communication. Il a pour vocation de gérer le patrimoine archéologique subaquatique et sous-marin et d’appliquer le code du Code du Patrimoine sur les biens culturels maritimes. Il est compétent sur le domaine public maritime et pour toutes les recherches archéologiques nécessitant le recours à la plongée.

La DAC-OI s’est dotée en 2010 d’un service de l’archéologie chargé de développer la recherche dans cette discipline, de mettre en place des opérations de fouilles programmées et préventives et d’appliquer le code du patrimoine. Service référent à la Réunion pour tous les acteurs du patrimoine ou de l’aménagement, il régulièrement appelé à intervenir sur le terrain. Un guide explicatif de l’archéologie et du préventif sont à présent disponibles sur le site internet de la DAC-OI www.la-reunion.culture.gouv.fr

Pied de page

Mise à jour le 16/02/2016 | Plan du site | Gestion du site | Authentification