Haut de page

Lutte contre l’illettrisme
Un site internet pour lutter contre l’illettrisme
Publié le 17 février 2012
Modifié le 17 février 2012
Le site internet, savoirclé.re, est un portail dédié à la prévention et à la lutte contre l’illettrisme. Etat des lieux, témoignages ou encore pistes pour aider ceux qui sont en difficulté, voici quelques uns des objectifs de ce site pratique.
L’enquête INSEE/IVQ menée à La Réunion en 2007 révèle 111 000 adultes (de 16 à 65 ans) en grande difficulté face à l’écrit. Le taux de l’illettrisme réunionnais est de 21 % contre 9 % en Métropole (IVQ 2004).
Au regard de ces éléments, un effort conséquent a été fait pour définir et gouverner une politique globale et concertée, consolider un dispositif inter-institutionnel régional de prévention et de lutte contre l’illettrisme, coordonner l’ensemble des actions en visant des résultats tangibles et plus efficients.

On distingue au moins trois grands types de publics en difficulté avec la langue :
- Pour un adulte qui a été scolarisé : il s’agit de réapprendre, de renouer avec les formations de base : lire, écrire, compter. C’est la lutte contre l’illettrisme.
- Pour un adulte qui n’a jamais été scolarisé : il s’agit d’apprendre à lire, écrire et compter. C’est l’alphabétisation.
- Pour un nouvel arrivant en France qui ne parle pas la langue : il s’agit d’un problème linguistique. C’est l’apprentissage du Français Langue Etrangère.

Source : Agence Nationale de Lutte Contre l’Illettrisme
(lien vers site : http://www.anlci.gouv.fr/ )

Les indicateurs actuels

L’enquête INSEE/IVQ menée à La Réunion en 2007 révèle 111 000 adultes (de 16 à 65 ans) en grande difficulté face à l’écrit, dont :

- 100 000 « illettrés » (ayant été scolarisés en France)
- 7 000 « analphabètes » (n’ayant pas été scolarisés en France,)
- 4 000 profils « FLE » (Français Langue Etrangère scolarisés à l’étranger).

Ainsi, le taux de l’illettrisme réunionnais est de 21 % contre 9 % en Métropole (IVQ 2004).
« Il faut noter cependant, qu’à La Réunion, une grande partie d’illettrés (presque 45 %) n’ont fréquenté l’école que pendant une durée inférieure à dix ans voire cinq ans, c’est-à-dire moins longtemps que le minimum légal obligatoire. » (Source : Insee partenaires, n° 2, Octobre 2008, p. 2).

Au vu de l’ensemble de ces indicateurs, il est apparu clairement qu’un effort conséquent devait être mis en œuvre pour mieux :

- définir et gouverner une politique globale et concertée.
- consolider un dispositif inter institutionnel régional de prévention et de lutte contre l’illettrisme.
- coordonner l’ensemble des actions en visant des résultats tangibles et plus efficients.

D’où la mise en place d’un dispositif renforcé 2010-2015.

Pied de page

Mise à jour le 16/02/2016 | Plan du site | Gestion du site | Authentification