Haut de page

La Réunion
Sa géographie
Publié le 2 septembre 2011
Modifié le 6 septembre 2011

D’une superficie totale de 2 507 km², l’île est bordée par 210 kilomètres de côtes, pour l’essentiel inhospitalières, hormis 25 km de plage de sable blanc corallien et 14 km de sable noir, situés à l’ouest. Elle n’offre pratiquement pas d’abri naturel pour la navigation, sauf la baie de Saint-Paul.

La Réunion est constituée de deux ensembles volcaniques :

Dans la partie nord-ouest, le Piton des Neiges (3 070 mètres), qui couvre les deux tiers de l’île, domine les trois cirques de Cilaos, Salazie et Mafate qui l’enserrent. Ce dernier, où vivent environ 700 habitants, est inaccessible en voiture. Ils sont le résultat de l’effondrement et de l’érosion des flancs de l’ancien volcan.

Au sud-est, le Piton de la Fournaise (2 631m) est un volcan actif, de type hawaïen. Grâce à l’installation sur ses flancs d’une cinquantaine de stations géophysiques, c’est un volcan laboratoire surveillé en permanence par une équipe de l’Observatoire volcanologique de la Réunion, du Laboratoire des sciences de la terre de l’Université de la Réunion et de l’Institut de physique du globe de Paris. Ses éruptions sont fréquentes. La longue éruption de mars à septembre 1998, a vu la création des cratères Kapor, Kraft, Husson.

L’éruption récente la plus importante a eu lieu du 02 avril au 01 mai 2007. Elle est considérée comme l’éruption du siècle. En 30 jours, l’éruption a déversé 320 millions de m3 de lave, entraînant une coupure de la RN2 sur près de 1,6 km. Elle a été rouverte à la circulation le 7 novembre 2007.
Le 04 avril, la partie sommitale du cratère du Dolomieu s’est effondrée d’une profondeur de 330 m (hauteur de la tour Eiffel).

La plaine des Cafres et la plaine des Palmistes, qui se rejoignent au col de Bellevue, assurent la liaison entre ces deux massifs.
La configuration de l’île est soumise à des pluies très abondantes pendant la saison chaude et humide du climat tropical (décembre à avril : entre 2 600 et 4 000 mm dans l’Est) et à des cyclones. Ce climat a abouti à la formation d’innombrables "ravines" ou "rivières", qui descendent des sommets en alternant gorges abruptes et secteurs plus calmes, encombrés de rochers et parfois agrémentés de cascades et de bassins. L’érosion à La Réunion est une des plus fortes constatées dans le monde, elle est irréversible et structure les paysages et le relief typique de l’ile.

La côte orientale de l’île, dite "côte au vent", très arrosée, où plusieurs rivières, comme celles du Mât, des Marsouins, de l’Est, sont pérennes, contraste avec la côte occidentale, "sous le vent", aux terres arides.

L’île est située dans la zone des hautes pressions subtropicales et dépend étroitement de l’anticyclone de l’océan Indien qui alimente le courant des alizés. Le climat est typique des mers tropicales : chaleur permanente mais tempérée toute l’année par l’influence de la mer et des alizés, absence de contrastes trop marqués entre la saison chaude (17-29°) et la saison fraîche (21-22°). Toutefois le relief et l’altitude marquent des différences de températures et de précipitations entre le littoral et les Hauts, et entre le versant « au vent » et le versant « sous le vent ».

Le territoire réunionnais constitue à la fois la contrainte majeure du développement de La Réunion et son principal atout touristique. En effet, le relief fractionné de l’île limite la superficie utilisable pour les activités humaines (environ 1 000 km² sur 2 500 km²) : une concentration extrême de la population dans les Bas en découle et un trafic automobile localement saturé (75% des déplacements sur l’île ont pour destination six communes seulement). En outre, son origine volcanique récente et sa position sous des latitudes tropicales font de l’île l’une des régions françaises les plus exposées aux risques naturels. Dans le même temps, la diversité des milieux, combinée au caractère spectaculaire des éruptions du Piton de la Fournaise représente un facteur de richesse et un atout touristique. Les pitons, cirques et remparts de La Réunion ont été classé au patrimoine mondial de l’UNESCO le 1er août 2010.

Pied de page

Mise à jour le 16/02/2016 | Plan du site | Gestion du site | Authentification