Haut de page

Prévention et lutte contre la délinquance générale
Prévention situationnelle de la malveillance
Publié le 21 septembre 2011
Modifié le 19 octobre 2012
Le rôle des référents sûreté de la Police Nationale et de la Gendarmerie Nationale

La prévention situationnelle est une étude permettant d’éviter de se retrouver confronté à une situation d’insécurité : elle consiste en une série de mesures visant à rendre la commission de l’infraction plus difficile, et donc à dissuader les délinquants.

Sur un plan individuel, sont mises en place des mesures simples, fondées sur le bon sens et visant à réduire ou à éliminer les occasions de commettre des délits ou des crimes (verrouiller sa maison ou son bureau, ne pas laisser d’objets de valeur à la vue de tous, …).

Sur un plan collectif, il s’agit pour les planificateurs urbains d’intégrer la prévention situationnelle dans leurs plans de construction ou de réaménagement des espaces de vie.

Des policiers et des gendarmes ont été spécialement formés afin de conduire des diagnostics de sûreté et de donner des conseils et des préconisations en matière de sûreté. On les appelle les "référents sûreté". A La Réunion ils sont au nombre de deux : un policier compétent en zone police nationale (DDSP) et un gendarme en zone de compétence gendarmerie (COMGENDRE).

La saisine de ces référents sûreté :

Qui peut solliciter leur expertise ?

Les structures privées (entreprises considérées comme stratégiques, G.I.E.) et publiques (établissements publics, administrations) et les professions à risque.

En application de la convention nationale signée avec l’agence nationale de rénovation urbaine (ANRU) le 17 juillet 2006, il est vivement recommandé de faire appel aux compétences des référents sûreté de la Police Nationale ou de la Gendarmerie Nationale, particulièrement utiles dans le cadre de projet de rénovation urbaine.

De même, l’article L 111-3-1 du code de l’urbanisme, le décret du 3 août 2007 et la circulaire du 1er octobre 2007 confortent le rôle du référent sûreté chargé de participer à la réalisation des études de sûreté et de sécurité publique (ESSP) dans les cas prévus à l’article R 111-48 du code de l’urbanisme.

Pour plus de précisions, ouvrez le lien suivant : http://www.referentsurete.com/

Pied de page

Mise à jour le 16/02/2016 | Plan du site | Gestion du site | Authentification