Haut de page

La pêche française dans l’Océan Indien

Publié le 7 décembre 2011

Le secteur des pêches maritimes bénéficie d’aides conséquentes des pouvoirs publics, dont le volet Réunion du fond européen pour la pêche en matière d’investissement (plan de modernisation de la flottille, infrastructures) et d’accompagnement de la profession (comité régional des pêches maritimes et des élevages marins). Le fond européen pour la pêche (FEP) prévoit une enveloppe de 12,9 millions d’€ pour la Réunion au cours de la période 2007/2013. Il a été conçu de manière à assurer le développement durable du secteur européen de la pêche et de l’aquaculture. Le maintien de ce fond et son adaptation aux régions ultra-périphériques constituent l’un des axes des positions françaises dans le cadre des discussions sur la réforme de la Politique Commune des Pêches (PCP).

Les activités de pêche constituent un pilier du développement des territoires. A Mayotte comme à La Réunion, leur avenir passe par la définition de plans de développement économique et de coordination de l’ensemble des acteurs de ce secteur pour :
soutenir la pêche artisanale,
valoriser les produits de la pêche,
promouvoir de nouvelles techniques de pêche durables,
optimiser l’exploitation des ressources halieutiques.

Il est aujourd’hui admis qu’une gestion raisonnée des ressources halieutiques repose sur les éléments suivants :
une expertise et un suivi scientifique de la ressource pour une évaluation précise des potentialités de captures,
une réglementation adaptée, fruit d’une large concertation avec la profession,
un contrôle rigoureux, reposant sur tous les moyens disponibles y compris ceux des accords de coopération.

L’une des particularités des pêcheries du sud de l’océan indien tient à leur modalité de gestion : elle relève des Etats pour les ressources côtières, de la Commission Thonière de l’Océan Indien (CTOI) pour les ressources thonières, de la Commission des Pêches du Sud Ouest de l’Océan Indien (SWIOFC) pour les espèces non thonières dans les Zones Économiques Exclusives (ZEE), et de l’accord sur les pêches dans le sud de l’Océan Indien (SIOFA) pour les espèces non thonières en haute mer.
L’idée d’une instance représentative de l’ensemble des pêcheurs de la zone sud océan indien capable de mettre en place une politique commune régionale de gestion des pêches fait son chemin...

La pêche francaise ocean indien (format PDF - 75.7 ko)

 

Pied de page

Mise à jour le 16/02/2016 | Plan du site | Gestion du site | Authentification